Treyarch récidive

Trois ans après la sortie de Black Ops 2, Treyarch récidive en proposant un nouvel opus. Pour sortir de la routine et éviter un ennui de la part de la communauté de Call of Duty, Treyarch a pris la décision de changer d’époque en se projetant dans le futur. Après Black Ops 2 l’attente s’est installée les joueurs en mal de jeu. Cette vaine attente entre les deux opus avait-elle lieu d’être ? Les machines remplacent les nations lors des guerres. Les rapports entre l’humanité et la technologie se dégradent, les Black Ops se sont transformés en robot, ce qui leur donne la possibilité de se connecter à des ordinateurs de combat. Votre rôle ? Un groupe de super soldats dont l’objectif est de déterminer pourquoi une mission s’est finalement soldée par un échec. Contrairement aux apparences, les ennemis ne sont pas forcément ceux à qui l’on pense. La partie solo ne décolle pas, même si elle peut être pratiquée à quatre.

Quelles lacunes ?

L’histoire est tellement emberlificotée, qu’il est extrêmement compliqué de s’y retrouver. Un mélange de genre en termes filmographique aboutit à un capharnaüm chronologique. Certaines scènes d’action sont très dynamiques même si elles ne sont pas vraiment justifiées. Vous pouvez refaire le jeu grâce au mode Nightmare, vos ennemis se transforment alors en zombies peu crédibles. La direction artistique n’est malheureusement pas à la hauteur. La trop forte personnalisation ne sert qu’à vider de sa substance le côté militaire du jeu. Combattants habillés comme s’ils allaient au carnaval, lancer de roquettes en nageant, tous ces éléments ne contribuent guère à s’imaginer que le joueur est au milieu d’un véritable conflit ! Reconnaissons-le quand même, cet opus n’est pas complètement raté, Black Ops 3 propose un multi durant lequel les joueurs seront occupés pendant des heures. Attention dernier conseil, la version PC n’est pas optimale, la RAM étant très solliciter mieux vaut disposer d’une configuration costaud.

Article précédent
Uncharted 4 : le mode multi, une fausse bonne idée ?
Article suivant
Downwell : encore un jeu où vous allez tomber bien bas