Qu’est devenu l’héritage de LucasArts ?

Depuis que l’héritage de LucasArts a disparu, il est indéniable que Star Wars doit trouver une solution pour continuer de plus belle. Pour être en adéquation avec la sortie imminente de la nouvelle trilogie cinématographique, un AAA qui puisse rassembler tout le monde, devait absolument être mis en place. La logique à suivre ? Opter pour Batllefront, dont les batailles rappellent la première trilogie est une évidence. Le tout sous la houlette de DICE, expert dans le domaine du FPS multi, et dont la technologie de pointe n’est plus à prouver. Star Wars, trilogie intemporelle, peut-il continuer à être le leader du style ? DICE excelle dans les batailles avec plus de quarante joueurs. Le tableau reproduit des scènes épiques, le fond sonore est bruyant. Quant aux stimuli visuels, ils sont omniprésents et efficaces. Le concept du Battlefront : du multi accessible, un gameplay le plus simple qui soit.

Véritable Battlefront ?

Véritable combat ou non ? On peut conclure qu’il s’agit plutôt d’une expérience du combat démocratique. Cette astuce semble du moins au début du jeu. DICE respecte scrupuleusement ce qui a été fait antérieurement. La seule différence relève du réalisme sensoriel complètement inédit. Le décor, les paysages prouve que DICE s’est efforcé de parfaire le rendu atmosphérique pour qu’il frôle la perfection. Le joueur nostalgique se remémore le passé. Hormis l’impression visuelle, cette atmosphère représente un enjeu stratégique essentiel. Les scènes sont de véritables modes de jeu, réfléchis, pensés. Après cette abondance de compliments, retour à la dure réalité. Battlefront est victime de sa durée, comme beaucoup de jeu vidéo multi-joueurs. La performance technique est indéniable, malheureusement elle n’empêche pas les joueurs de ressentir une grande lassitude à force de rejouer en boucle le même schéma de gameplay. Un exemple : 9 modes de jeu sont proposés. Parmi ces 9 modes, uniquement 3 modes proposent des batailles dignes de ce nom, dommage.

blackjack-1
Article précédent
L’univers des joueurs de black jack
2522724-xenoblade_official_art_shoulder
Article suivant
Xenoblade Chronicles X : Takashi Tetsuya auteur prolifique